Les dates de l'expo Sol, Suttonesstradinaire, maintenant connues.

Marc Favreau (Berlingot), Suzanne Lévesque (Isabelle)
et Luc Durand (Gobelet) dans Les Croquignoles.
Le Conseil d'administration du Musée de Sutton a déterminé les dates de la prochaine exposition qui portera principalement sur Marc Favreau, mais aussi sur son acolyte, Luc Durand et leur complice, Suzanne Lévesque (alias Isabelle comme du miel). Ce sera donc du vendredi 3 avril (juste à temps pour Pâques) au dimanche 25 octobre.

Le Musée de Sutton à l'orée d'une nouvelle ère!

Depuis la fondation du Musée des communications et d'histoire de Sutton par Edmund J.O. Ebert en 1984, on peut identifier quelques étapes importantes. Son fondateur avait d'abord décidé d'installer dans l'ancienne écurie des artéfacts qu'il avait amassés, portant sur l'histoire de Sutton et celle des communications. On y trouve donc des outils aratoires ou forestiers, datant d'aussi loin que l'arrivée des Loyalistes dans la région, des objets des habitations et des commerces du début des années 1900, de même que les premiers téléphones, premières radios, premiers phonographes, premiers appareils photographiques, enfin tout ce qui a un lien avec les communications, jusqu'aux années 1960.

Puis en 1998, monsieur Ebert lègue le musée et ses expositions permanentes à la ville de Sutton. Pendant ces quelques années, les responsables travaillent particulièrement à l'identification et au classement des 1200 artéfacts. Le nouveau conseil d'administration élu en 2008 et présidé par Richard Mireault réalise cependant que le nombre de visiteurs stagne. On ne vient pas en effet revisiter une expo qui ne se renouvelle pas, d'où l'idée d'organiser une première exposition temporaire, Les Canadiens passent par Sutton en train. Un succès indéniable avec ses 3000 visiteurs en quatre mois,  à raison de 8 heures d'ouverture par fin de semaine, stimulé par la présence de la Coupe Stanley et de légendes de la Sainte-Flanelle les trois derniers jours de l'exposition.

Depuis 2009, huit expositions temporaires ont été présentées. Le musée attire désormais des milliers de visiteurs chaque année, grâce à des thèmes à la fois branchés sur la région et les intérêts des visiteurs. La toute dernière, Gerald Bull, une expo canon, a fracassé tous les records, avec 3200 visiteurs! Tout cela grâce au dévouement de nombreux bénévoles. On doit cependant admettre qu'il est difficile de faire augmenter le nombre de visiteurs sans augmenter le nombre de jours et d'heures de visites. Le conseil d'administration a donc fait des demandes de subventions pour qu'on puisse engager au moins une personne qui pourrait travailler cinq jours semaines dès 2015. La pression sera ainsi moins forte sur les bénévoles et le nombre d'heures d'ouverture pourra passer de huit à plus de trente chaque semaine! Avec la prochaine expo, Sol, Suttonesstradinaire, nul doute que le Musée de Sutton atteindra de nouveaux sommets!

Richard Leclerc, président

Bilan 2014 et expo 2015 : de BULL à SOL!


Communiqué, pour diffusion immédiate

Sutton, le 30 octobre 2014 – En direct de la Salle Alec et Gérard Pelletier, où l'on présentait comme événement de clôture de GERALD BULL, UNE EXPO CANON, le film hollywoodien DOOMSDAY GUN (1994) de Robert Young, avec Frank Langella, dans le rôle de Gerald Bull et Kevin Spacey, agent de la CIA, Richard Leclerc, président du Musée de Sutton, a fait le bilan de l’année 2014 et a présenté l’expo temporaire de l’année 2015.

D’abord, un record de fréquentation. Depuis l’expo LES CANADIENS PASSENT PAR SUTTON EN TRAIN, qui avait accueilli plus de 3 000 personnes, particulièrement à cause de la présence de la célèbre Coupe Stanley pendant trois jours, c’est la première fois qu’on atteint 3 300 visiteurs. Et ce même si le musée n’ouvre que deux jours par semaine, d’avril à octobre, à part quelques exceptions l’été.

Richard Leclerc a tenu à remercier chaleureusement la famille de Gerald Bull, dont quelques membres, Jane, Kathleen, Robert et Michel étaient présents, afin de commenter certains passages du film DOOMSDAY GUN qui, selon eux, sont absolument faux. Il a aussi également souligné la généreuse collaboration des bénévoles, dont les membres du conseil d’administration, ainsi que le stagiaire béninois Paulin Gohoungodji, qui a passé trois mois au musée, de mai à juillet.

Le bilan 2014 comprend aussi différentes collaborations avec la Salle Alec et Gérard Pelletier, le Festival de violon traditionnel de Sutton et l’école de Sutton. Le dernier week-end, on a entre autres accueilli la sixième édition de Citrouill’Art 6, l’exposition de citrouilles décorées par les élèves de l’école, de la garderie La Passerelle et de quelques adultes. En tout, 100 chefs d’œuvre, dont près de la moitié sur le thème de l’espace.

Finalement, Richard Leclerc a présenté le thème de l’expo temporaire 2015 :

Le Musée des communications et d’histoire de Sutton présentera en effet la première exposition sur le célèbre clown poète, Marc Favreau, alias Sol, qui avait une résidence secondaire à Abercorn, à quelques kilomètres du musée, tout comme son compère et voisin Luc Durand, qui sera aussi présent dans l’expo à travers des extraits de l’émission Sol et Gobelet, présentée à la belle époque de la Boîte à surprises, sur les ondes de Radio-Canada, de 1968 à 1971. Il sera naturellement question également de la carrière solo de Sol, magicien des mots, auteur de plusieurs livres, disques, pièces de théâtre et spectacles inoubliables.

Les derniers remerciements sont allés à Marie-Claude et Patrice Favreau, enfants de Marc Favreau et à Louise Duperré, veuve de Luc Durand, qui ont autorisé la présentation de cette exposition et accepté de prêter des artéfacts, comme le costume et la poubelle de Sol, présents sur la scène. Toute une exposition qui, l’espère Richard Leclerc, sera Suttonesstadinaire!